Le photographe Hugh Holland était au coeur du milieu du skateboard des années 70 en Californie et a réalisé pendant cette période de nombreuses images baignées par le soleil de Los Angeles.

Après avoir passé son enfance dans l’Oklahoma, Hugh Holland s’établit à Hollywood Ouest, en vue de construire une carrière d’antiquaire restaurateur. Il n’a alors pour seule expérience photographique un job étudiant dans un laboratoire photo. Ce n’est que dans sa vingtaine, au retour d’un voyage en Espagne, qu’il se prend de plus en plus au jeu de la photographie argentique. Il se construit une chambre noire et se met à photographier tout ce qu’il voit, à la recherche du sujet idéal.

C’est en 1975, au détour d’une balade sur le Laurel Canyon Boulevard, le boulevard principal de Los Angeles, qu’il rencontre ses premiers skateurs. Subjugué par la beauté de leurs mouvements, Hugh Holland su qu’il venait de trouver les sujets qu’il recherchait.

N’étant lui-même pas skateur, le photographe s’est néanmoins pris de passion pour ce sport et passe 3 années à documenter l’essor de ce mouvement qui deviendra rapidement mondial.

A cette époque, la Californie connaît une sécheresse incroyable, laissant les bassins de piscines vides, à la plus grande joie des skateurs. Les photos de Hugh Holland apportent un regard passionné de cette jeunesse blonde, aux corps musclés, skatant parfois nus pieds sans aucunes protections dans les quartiers de Los Angeles, Venice Beach ou encore San Francisco.

Quelques années plus tard Hugh Holland dévoile ses clichés dans « Locals Only » un livre de 84 pages. Un artiste à découvrir même si, quelques-uns de ses clichés vous diront forcément quelque chose, ça fait toujours plaisir de regarder les paysages ensoleillés de L.A.