Le célèbre producteur de whisky a décidé de mettre en lumière le rôle de l’esclave qui a appris l’art de la distillation au créateur de la célèbre marque.

Dans le cadre de la célébration des 150 ans du producteur de whisky américain Jack Daniel’s, ce dernier a décidé de dévoiler au grand jour l’existence de Nearis Green, l’esclave qui a enseigné au jeune américain originaire de Lynchburg (Tennessee) à concevoir cet alcool.

En effet, contrairement à la légende qui dit qu’un certain Dan Call, pasteur, épicier et distillateur, est à l’origine de la conception du whisky JD, il s’agit bel et bien d’un de ses esclaves qu’il considérait à l’époque comme le  » meilleur producteur de whisky « , Nearis Green.

En 1866, Jack Daniel va même jusqu’à employer deux des fils de Nearis lors de l’ouverture de sa distillerie, un an après l’abolition de l’esclavage aux Etats-Unis d’Amérique.

Par ailleurs, de nombreux historiens continuent leur travail de recherches sur les qualifications, l’implication et l’impact des esclaves dans le processus de production du whisky aux Etats-Unis. Ces protagonistes ignorés seront enfin révélés lors d’une exposition sur l’esclavage qui aura lieu au sein la résidence historique de George Washington, premier président américiain, dont la distillerie était gérée par 6 esclaves et 2 contremaîtres écossais.

La cerise sur le gâteau est que Nearis Green sera désormais présenté dans les visites guidées de la distillerie du géant américain à Lynchburg ainsi que dans une opération marketing via les réseaux sociaux qui sera activée cet été !