Zapata Racing l’a fait ! Après avoir soulevé les doutes et critiques à l’annonce de son projet d’hoverboard compact, l’entreprise créée par Francky Zapata a finalement concrétisé son dispositif.

Il aura fallu quatre années de travail à Zapata Racing pour mettre au point le Flyboard Air, un véritable OVNI (Objet volant non identifié) à mi-chemin entre le skate et le drone volant.

Par le passé, Zapata Racing avait déjà créé un dispositif comparable dans l’esprit : le Flyboard, qui proposait d’utiliser la propulsion de l’eau pour s’élever dans les airs et réaliser des figures. Mais désormais, le tout se fait sans eau, sans tube, et offre une liberté totale à l’utilisateur.

Le flyboard est semblable à un drone, il est équipé d’une surface sur laquelle le pilote vient poser ses pieds. Puis, c’est debout que l’on dirige l’engin alors qu’il s’élève dans les airs. Le pilote dispose d’une manette (sans fil) qui gère les gaz et donc la hauteur et la vitesse de l’engin. Pour se diriger, il faut réaliser des transferts de masse avec son corps, les gyroscopes de l’ensemble se chargent alors d’éviter la bascule en compensant le régime des différents moteurs (6 au total : 4 au-dessous de l’appareil, deux sur les côtés)

Chaque moteur dispose d’une puissance de 250 chevaux et fonctionne avec du carburant Jet A1, dont le réservoir est placé dans le dos du pilote. Le tout permet de se déplacer à plus de 150 km/h et d’atteindre une altitude de 3000 mètres.

Zapata Racing indique que sur les 4 moteurs dédiés à la propulsion, seuls 3 sont essentiels, le Flyboard Air dispose donc d’un moteur de secours en cas de nécessité.

Il faudra encore quelques années de mise au point, et notamment sur les dispositifs de sécurité pour pouvoir commercialiser le Flyboard Air. Le principal marché visé est celui du spectacle dans un premier temps.