Franky Zapata interdit de vol ? C’est ce que vient de faire savoir l’inventeur du Flyboard Air, lequel affirme sur son compte Facebook que ses derniers vols d’essais l’ont conduit dans les locaux de la gendarmerie de l’air. Franky Zapata affirme y avoir été interdit de vol et menacé, en cas de récidive, d’être mis en examen et condamné à une peine de prison exemplaire.

C’est une douche froide pour l’inventeur marseillais de génie, ancien pilote professionnel de jet-ski, qui est également à l’origine du Flyboard. Le Flyboard Air c’est cette petite aile qui permet de voler debout sur une planche propulsée à une vitesse de 150 km/h. Cette incroyable invention est alimentée avec du kérosène, un carburant destiné aux avions en principe. La gendarmerie estimerait que cet engin serait dangereux et pas à la portée de tous ou alors ils reprocherait à cette invention le fait qu’elle ne soit pas très écolo. Par ailleurs, pouvant évoluer en l’air de manière autonome et de ce fait être considéré comme un aéronef, le Flyboard Air serait soumis à une règlementation très stricte pour le survol de l’espace aérien.

Flyboard Air

« Je me suis retrouvé convoqué à la gendarmerie de l’air où l’on m’a informé que si je volais de nouveau (que ce soit sur un terrain public où même privé) le procureur me mettrait en examen avec à la clef des peines de prison si élevées qu’avant de partir ils m’ont fait une fiche de signalement au cas où je m’échapperai. »

Exprimant son profond désarroi et surtout son écœurement, Frank Zapata annonce son départ probable de France afin de poursuivre le développement de son engin sous des cieux plus cléments et accueillants. Rappelant avoir déjà commercialisé plus de 10 000 exemplaires de sa planche volante captive Flyboard et toujours souhaité maintenir son activité en France malgré les ponts d’or qui lui étaient faits pour s’expatrier, le natif du Rove s’insurge contre les conditions dans lesquelles sont traités en France les inventeurs créateurs d’entreprises et d’emplois, et entend interpeller les candidats à la présidence de la République sur ce point.