Après la moto et le skate, WeedMaps, une application qui permet de trouver le dealer légal de weed le plus proche de chez soi, très célèbre aux Etats-Unis, continue d’investir dans le sport, et plus précisément dans le surf. Elle sponsorise désormais plusieurs stars du circuit, comme les Hawaiiens Bruce Irons, Mason Ho ou Dustin Barca, rapporte Adrenaline.

L’attraction de la saison hawaïenne cette année, c’était la méga villa Weedmaps face à Sunset. C’était la plus belle maison, les plus grosses fêtes de l’hiver y ont eu lieu, et les casquettes WM ont vite envahi le North Shore.

Weedmaps

Weedmaps se présente comme « la premiere marque de média et de technologie liée au cannabis. » A l’origine c’est une application qui permet de trouver de la marijuana dans les zones où elle est légalisée.

Mais pendant que les fumeurs cherchent du matos, les surfeurs pros eux, cherchent toujours des sponsors. Alors l’arrivée d’un nouveau mécène a représenté pour certains une bonne bouffée d’air frais, ou au moins une petite soufflette.

Ainsi Weedmaps compte déjà une grosse équipe à Hawaii, dont Bruce Irons, Mason Ho, Nathan Fletcher et Tyler Newton, qui ont remporté le Backdoor Da Hui Shootout en équipe. Rajoutez Dustin Barca, Joel Tudor, et un team qui semble se développer à l’international puisqu’on a repéré des stickers sur les boards de l’australien Asher Pacey et de l’indonésien Betet Merta.

Tout cela est possible car Weedmaps gagne beaucoup d’argent avec la publicité, 30 millions de dollars en 2014. La boite compte 200 employés, a ouvert un bureau en Espagne et s’active pour la légalisation en France.

Weedmaps

A l’image de ce que fait Red Bull, l’image de marque est portée par des productions destinées aux médias et aux réseaux sociaux. La marque a aussi travaillé avec d’anciens employés de marques de surf, et Doug Francis, le PDG de WM ne cache pas sa stratégie pour le textile : « porter un t-shirt WM, c’est afficher que tu fumes ».
Ce débarquement en force fait logiquement débat. Certains rappellent les dangers du cannabis et s’étonnent de voir glorifier l’utilisation de la drogue dans une zone ou la population en a largement souffert : « Je croyais que Bruce Irons s’était repris, maintenant il est sponso par weedmaps ? ». « On veut dire au jeune que fumer c’est bien pour eux ? ». « Et après quoi, une appli pour les amphétamines ? ». « Comme si on avait besoin de plus de mecs défoncés… »

D’autres argumentent que le cannabis n’est pas plus néfaste que l’alcool qui sponsorise des compétitions depuis les Smirnoff Pro Am des années 70, le sponsoring ASP/WSL des bières Foster puis Pacifico, les pubs Corona par Taylor Steele, et maintenant des surfeurs sponsorisés par la tequila Cuervo. Ils citent aussi les boissons énergisantes qui ont collé des stickers sur les planches des tout meilleurs surfeurs de la planète.

A chacun son avis, mais quand Weedmaps affiche sur Instagram son slogan « crée un environnement plus sain pour toi et les autres », on ne peut s’empêcher de constater un léger décalage avec les vidéos enfumées tournées à la team house.

Si vous voyez un rider avec un t-shirt, une casquette ou un stickers Weedmaps, vous savez maintenant qu’ils sont soit sponso par Weedmaps, soit qu’ils montrent leur engagement pour la dépénalisation du cannabis.