Promouvoir le surf féminin en partant à la rencontre des surfeuses tahitiennes dont le nom est encore méconnu mais le talent bien réel, c’est l’objectif que se sont donné Manon et Fred, créateurs du site Allons Rider.

Les hommes prennent toute la place. C’est sur ce constat que Manon et Fred ont décidé de créer Allons Rider.

« Nombreuses sont-elles à être talentueuses, à risquer leurs vies pour leur passion. Nombreuses sont-elles à jouer dans l’ombre. Réduites à des fesses imprimées sur papier glacé, il est temps de montrer ce dont elles sont capables. L’amour du sport est unisexe, mais sachez dorénavant que le talent l’est aussi »

Que ce soit au Brésil, en Australie, à Hawaii ou en France, les surfeuses du monde entier sont médiatisées et reconnues. Il est facile de citer quelques noms pour chacun de ces pays. Elles se créent leur popularité en parcourant la planète chaque année à la recherche des meilleurs spots de surf. Tahiti fait parti de ces destinations. Et pourtant, pourriez vous citer une surfeuse tahitienne ?

Tahiti fait tout autant rêver que la Calédonie, par ses paysages mais aussi par ses vagues. Si elles sont mondialement connues, la réputation des surfeuses, elle, dépasse rarement les frontières de cette île. Là où l’île vit du tourisme lié au surf, pourquoi les surfeuses tahitiennes n’arrivent-elles pas à vivre du surf professionnel ? Pourquoi dans certaines familles, les filles surfent-elles plus que dans d’autres ? Quelle est la place du surf dans la culture tahitienne ?
Autant de questions auxquelles l’équipe d’Allons Rider va essayer de donner des réponses à travers ce projet de film documentaire.

Pour mener à bien ce projet, notre duo de passionnés envisage de partir l’été prochain à Tahiti filmer ces surfeuses tahitiennes dont le nom est encore méconnu mais le talent bien réel.

Une campagne de financement participatif a ainsi été lancée pour aider à la réalisation de ce documentaire sur la plate-forme ekosea en suivant ce lien : Film Documentaire Tahiti et ses Surfeuses oubliées